Report : Sweat Lodge Rennes

Par Capitaine Tortue, vendredi 10 mai 2013




 

On se sera quand même bien marrés ce week-end à la Sweat Lodge !

 

D’abord, il y a le site : La Prevalaye, ses prairies, ses étangs, ses petits sentiers, (son MacDo)…c’est toujours appréciable de pouvoir se mettre au vert sans se poser la question du transport.

On en profite d’ailleurs pour débarquer samedi aprem, histoire de se balader et de se faire un apéro-barbeuc-sonore avec les amis. Ambiance de festival. C’est l’été qui pointe son nez !

 

 

 

L’heure de l’ouverture arrive, il est 22 heure. Le froid qui s’installe nous rappelle qu’on est toujours qu’au printemps. Ceux qui se sont déguisés en Mowgli commencent à regretter de ne pas avoir opté pour la fourrure de Balou. On découvre le village de la Sweat Lodge : une place ronde formée par des camions et des caravanes autour d’un chapiteau bleu. Univers de fête foraine, surtout quand on se retrouve face à la Mailloche, « la machine à orgueil », qui consiste à faire lever un poids le plus haut possible en tapant avec une grosse masse. On croise en plus parmi le public de vrais forains tels que la famille Bouffard, des gens de l’Élabo et des NoSystem…bref : le décor est bien planté !

 

 

SweatLodge Rennes

La Mailloche, ou « machine à orgueil »

 

 

Il y a cependant un certain nombre de choses qui m’ont dérangées dans cette fête. Par contre, qu’on ne me dise pas que « 13 euros, c’est trop cher » parce que ce n’est même pas le prix d’une soirée à l’UBU. Ne soyez donc pas radins envers ceux qui s’évertuent à vous proposer des soirées qui sortent des sentiers battus. Parce que monter un chapiteau et tout ce qui va avec, juste pour une soirée, c’est pas la même chose que d’installer 3 micros sur un podium ! (façon de parler, hein)

 

 

 SweatLodge Rennes

 

 

La programmation

C’est une véritable foule en délire qui se trouve sous le chapiteau. Une foule qui, dévergondée par son déguisement, à envie de se laisser aller au rythme du son dans un élan collectif. Pourtant, c’est un peu mou de genoux : on a du mal à rentrer dedans. Le warm-up électro était prometteur, mais ça part un peu en sucette avec le groupe des deux MC’s : il y a de longs moments très confus entrecoupés de quelques bons passages. J’ai particulièrement apprécié les petites sessions jungle, mais quelle hérésie de passer des morceaux sur lesquels il y a déjà une voix de MC dessus ! Du coup les deux compères se tournent les pouces sur scène, l’air de se demander à quoi ils servent…ça donne un drôle d’effet.

 

Ensuite ça passe sur de la techno. C’est dommage, parce que la techno ça se danse plutôt dans la tête, tandis qu’une soirée déguisée requiert plutôt une présence physique pour délirer avec ses voisins et faire le mariole dans son costume. J’y aurais vu des styles plus rebondissants et plus « terre à terre » comme de l’électro-swing, des vieux tubes des années 80, ou…plus de jungle !

 

 

 

La configuration

Au stand de la Mailloche, il y a un autre son qui passe un peu de tout. Des fois c’est même mieux que sous le chapiteau. Le problème, c’est que les enceintes sont orientées vers la grande scène, ce qui fait que les deux sons se chevauchent et ça donne quelquefois une drôle de bouillie !

 

Le bar, quant à lui, est situé sous le chapiteau, au fond. Déjà le service est très lent, en plus c’est le seul point d’eau, et pour finir on se retrouve compressés entre la foule de la fosse et la queue du bar. Et puis, quand on va boire un verre, on aime bien que ça soit un moment un peu plus convivial où on puisse discuter tranquillement sans avoir à se postillonner dans les cages à miel. Pour le coup, c’est râpé !

 

 

 

Les animations

Il y avait plusieurs stands dans le village de la Sweat Lodge hormis la Mailloche : un atelier de photos délirantes sur mobylette, et un shop d’artisanat. Le problème c’est qu’ils ont fermé assez tôt dans la soirée, et ça donnait une désagréable impression de « la fête est finie, revenez l’année prochaine ». Et puis on aurait bien vu quelques spectacles pour pousser encore plus loin dans l’univers rocambolesque.

 

SweatLodge Rennes 

 

Voilà les 3 points négatifs selon moi. Mais tout ça, c’est surtout parce que je suis un chieur de première. Globalement on a quand même passé une bien bonne soirée avec tout ces gens déguisés en pape, en homme bleu, en femme enceinte, en péruvien, en égyptien, en chat magique, en châtelain…ce qu’il y a de génial dans une soirée déguisée de cette ampleur, c’est cette euphorie générale : chacun joue un rôle, et on se croirait un peu dans un album de « Où est Charly ». C’est pas toujours pratique pour retrouver ses potes d’ailleurs !

 

SweatLodge Rennes 

  

Je voudrais donc remercier l’équipe de la Sweat Lodge pour ce bon moment. En espérant qu’ils prennent mes quelques remarques pour argent comptant pour la prochaine édition hein ? (Car j’étais déguisé en Chuck Norris : ce que je pense et ce que je dis n’est pas contestable !). Un énorme big-up à toi, public, pour avoir rendu cette soirée complètement folle et magique. Wazaaaaaa !

 

 

 

 

Capitaine Tortue

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes