Report : Uni-T, pour l’amour du son

Par Captaine Tortue, 4 mars 2014 

 

Complexe 85, samedi 1er mars 2014

 

On ne pouvait définitivement pas manquer la soirée Uni-T.

Avec une programmation hors du commun réunissant parmi les plus grands noms de la scène free party, rave et trance, on oublie rapidement les 2h30 de route qui séparent Rennes du Complexe 85, l’établissement vendéen où se tient l’évènement.

 

Uni-T

 

Si il n’est pas rare de voir une scène Drum’n'Bass côtoyer une scène Tekno, il est plus difficile d’y trouver une véritable scène Trance, car le public et les codes ne sont pas les mêmes. C’est pourtant le pari que se sont lancé les organisateurs d’Uni-T (qui porte bien son nom). Et pour se donner les moyens de leurs ambitions,  ils n’y sont pas allé avec le dos de la cuillère ! Les Spiral Tribe au grand complet, Manu le Malin, Elisa Do Brasil, Hyper Frequencies, Groove Inspektorz, Driss… sont autant de figures emblématiques de leur mouvement respectif, quand ils n’en sont pas carrément les membres fondateurs. Ne nous étonnons pas alors si nous sommes plus de 3 000 à assister à la soirée. Ne nous étonnons pas non plus que l’évènement ait lieu dans un club plutôt qu’à la sauvage dans un champ, avec les risques logistiques, légaux et météorologiques que cela impliquerait. Enfin, ne soyons pas avares de ce petit billet de 20 euros qui permet aux artistes de vivre de leur passion et de continuer à nous la transmettre.

 

Uni-T

La scène SP23

 

C’est quand-même avec une certaine appréhension qu’on se dirige vers la salle : si le parking déborde sur plus d’un kilomètre le long de la départementale, quelle va être la situation à l’intérieur ? Effectivement, ça bouchonne et ça bouscule à l’entrée, alors nous décidons de prolonger l’apéro sur le parking. On se demande au passage le bien fondé d’un parking qui ne peut contenir que la moitié des participants. L’architecte devait penser qu’on viendrait tous à 5 en Golf GTI plutôt qu’à 2 par bus aménagé, on ne peut pas vraiment lui en vouloir là-dessus ! Lors de notre deuxième tentative, nous somme surpris par la facilité d’entrée : la foule a disparu, mais les contrôles des billets aussi ! Il semblerait que toutes les issues aient été ouvertes à la demande des organisateurs en réponse à la saturation du lieu. On peut donc aller et venir librement : au fond on est pas si loin de l’esprit « free » !

 

Uni-T

Un espace extérieur qui respire la nature

 

Parlons du Complexe. L’endroit a beau être un « club », on est loin de l’atmosphère « bling bling » qu’on pouvait redouter. C’est même plutôt rustique : les salles sont hautes de plafond, avec des charpentes en bois apparentes, et les jeux d’éclairages apportent un certain côté village vacance. Il y a un immense espace extérieur couvert qui donne sur un étang et sur une parcelle de forêt. Le tout est relié par une sorte de couloir circulaire qui dessert chacune des salles, un peu comme une grosse fourmilière. Ce couloir, c’est un peu comme le périph’ : il y a des heures de pointe où il vaut mieux l’éviter, mais sinon c’est plutôt pratique pour se laisser porter vers une autre ambiance, faire des rencontres, ou des retrouvailles.

 

Uni-T

Déco suspendue sur la scène Trance

 

En ce qui concerne les scènes, on peut dire que chacune a tenu ses promesses autant visuellement que musicalement : mandalas suspendus, lasers, vidéo-projections, totems et jeux de lumières sont autant d’éléments qui font l’efficacité d’une bonne déco. On apprécie également la présence des boutiques qui égayent l’espace extérieur de leurs lumières chaleureuses. Du reste, vu le line-up, même si on vous disait que c’était nul vous ne nous croiriez pas ! Les retours sont très positifs, autant pour la scène Trance que du côté Tekno. On peut seulement regretter d’avoir perdu notre Elisa nationale sur les chemins sombres de la Dubstep depuis la belle époque de So Massive, m’enfin ça reste une histoire de goûts…

 

Uni-T

Tout de boiseries vêtu : le Complexe ressemble à un village vacances

 

La Uni-T nous aura permis de voir ou revoir des artistes légendaires, mis en valeur par des prestations de sonorisation et de décoration carrées et sans bavures. Elle a su trouver un lieu d’accueil qui, bien qu’estampillé « club », n’en conserve pas moins un certain charme et un côté libertaire. Il y eut certes des désagréments inhérents au flux de participants, mais quel évènement de cette taille n’en connait pas ? Aurait-il fallut louer un Zenith, froid et impersonnel ? Le Complexe 85 est un lieu qui a tout juste 2 mois d’existence, et il y a fort à parier qu’il vivait avec nous sa première grosse soirée. Gageons qu’il saura tirer les leçons de cette expérience. Du reste, merci à tous les organisateurs d’avoir rendu ce « rave » réalité.

 

 

RAVE ON IN UNITY !

 

Captaine Tortue

 

 

Consultez le récapitulatif des grosses soirées tekno / trance du mois de mars

Plus de photos de la soirée Uni-T sur la page Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes