Report : Rock’n'Solex

Par Capitaine Tortue, lundi 20 mai 2013

 

 

Peut-on continuer d’aller à Rock’n'Solex, passé 25 piges ?

 

Si j’ai choisi ce titre un peu rentre-dedans, c’est que je ne puis vous parler objectivement d’un tel évènement. Beaucoup de bière a coulé depuis mes premiers festivals, et je ne vois plus ces évènements avec les mêmes yeux émerveillés que naguère.

 
rocksolex

 

Ce qu’il y a de vachement cool à Rock’n'Solex, quand même, c’est qu’on peut s’y rendre en vélo étant donné que l’enceinte du festival est installée sur le campus de Beaulieu. La superficie du lieu est impressionnante, et n’a rien à envier à un festival de campagne. Il y a même une bonne proportion de gazon : on en oublierait presque qu’on se trouve entre une cité U, une cafète et un amphithéâtre. Mais qui dit festival sur le campus dit…festival étudiant ! J’aurais peut-être trouvé ça cool quelques années en arrière, mais là, je me sens vieux. Et les concerts ne sont pas là pour me le faire oublier : Groundation, qui semblent être en tournée éternelle en France depuis 7 ans, nous jouent encore et toujours le même concert qu’à l’époque où j’avais un écusson AC/DC brodé sur mon Eastpak. Zenzile eux aussi ont mal vieilli, et se mettent à jouer un mélange expérimental de reggae et de rock. Mais globalement la programmation est au rendez-vous : Gramatik, Bordinski, Rone, Popof…on ne va pas se plaindre. C’est plutôt le cadre qui me dérange : la fausse est immense, étirée en longueur, et il y a beaucoup de monde. Tellement qu’on est obligé de regarder le concert sur grand écran si on ne veut pas se taper une demie heure de bousculade pour arriver à une distance raisonnable de la scène. C’est là que je fait ma crise du quart de siècle : est-ce vraiment la peine de venir voir un concert si c’est pour le voir en retransmission, ou perdu au milieu d’une foule monstrueuse ? 

 

 Scène Rock'n'Solex

 

Vous me direz, il y a toujours l’option de se coller une petite biture et ainsi faire chuter son niveau d’exigence, mais c’est aussi là que le bât blesse : la bière est chère. Mais ce qui fait encore plus mal, c’est le système des tickets à Rock’n'Solex : les tickets ne sont pas remboursables (bon ok) mais valable qu’un seul soir ?! C’est quoi cette arnaque s’il vous plait ? Heureusement que je rentre en vélo. parce que si je dois terminer le carnet de ticket que j’ai acheté pour bénéficier de la petite réduction, j’garantis pas que j’vais rouler droit !

 

Toilettes Rock'n'Solex

 

Au final, c’est aux toilettes que j’aurai trouvé le réconfort. Ambiance de « phare ouest » : entre bataille de paille et service de nettoyage déguisé en grooms, se trouve haut perché sur une tourelle un DJ qui nous balance tous les vieux tubes qui font swinguer. Pas de tête d’affiche, pas de super show lumière, juste un petit groupe d’uluberlus, et de l’espace pour danser. La vie est faite de plaisir simple ! Et qu’est ce qu’on rigole ! J’en ai presque perdu mon dentier.

 

rocknsolex

 

Alors, est-ce qu’on s’amuse toujours autant dans ces festivals de jeunes quand on prend de la bouteille ? Moi j’ai perdu l’intérêt des concerts de masse au profit d’évènements plus conviviaux en comité restreint. Et vous, quel est votre ressenti ?

 

 

Capitaine Tortue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes