Report : La Goguette de la Quincaillerie Générale

 Par Hélène, lundi 4 novembre 2013 

 

 

Une goguette ? Ne nous laissant pas dans le désarroi total, la Quincaillerie Générale a pensé à nous donner la définition, avec, au passage, un petit point historique franco-culturel :

 

Goguette_par_Daumier - source : Wikipedia

 

Au 19e siècle, une goguette désigne une société chantante populaire. Dans l’arrière salle d’un café, chacun vient avec quelques vers qu’ils chantera sur des airs connus. Ces sociétés ouvrières deviennent rapidement mixtes, même si les femmes chantent des chansons de couture alors que la tonalité des hommes est plus grivoise. Les intellectuels de l’époque ayant la volonté d’aller chercher le peuple, inviteront les chansonniers dans les salons.

 C’est ce bagage en poche que je franchis la porte du café, mon amie Marie sous le bras, parce qu’on m’a dit que c’est entre amis que j’apprécierais cet endroit. La vérité c’est que nous arrivons au milieu d’un poème clamé par une amatrice enthousiaste, que l’assemblée écoute religieusement et encourage par des sourires, et que nous n’osons pas faire un pas de plus, de peur de nous faire repérer.

 

 

 

 

 

La goguette de la Quincaillerie Générale

 

Nous finissons par nous faufiler au fond de la salle, où l’on nous propose de partager deux chaises à quatre. Le ton est donné, la soirée sera conviviale. « Rodrigue le taulier chanteur, Laurence la ballerine du demi-panaché, et l’Agodas avec sa petite manivelle » sont là. Mais ils ne sont pas seuls et les préstations s’enchainent. Il y en a pour tous les styles et tous les ages, de Lou Reed aux chants de marins, en passant par une guitariste à la voix délicate et Massiv Attack au piano, le tout parsemé de créations personnelles de tous horizons, mais toujours applaudies chaleureusement par le public.

 


La goguette de la Quincaillerie Générale

 

Chaque fois que la porte du bar s’ouvre, notre curiosité grandit : Qui sera le prochain ? Vont-ils, comme nous, se camoufler dans un coin de la pièce ou rentrent-ils pour slamer, chanter, jouer ou lire leur prose ou leurs vers ? Puis entre un habitué, « qui passait par là », qui n’avait « pas prévu » et qui fini par nous offrir un chant brésilien et une valse écossaise a capella, l’air de rien. C’est à ce moment qu’on comprend que c’était la première mais sans doute pas la dernière fois que l’on viendrait profiter de la goguette de la Quincaillerie Générale.

 

La goguette de la Quincaillerie Générale

 

Finalement si nous avions été moins timides, on se serait presque prises au jeu nous aussi. Nous étions presque déçues de ne pas avoir de texte à partager. Surtout quand nos voisins de table qui mangeait discrètement depuis le début sans réellement se préoccuper de se qui se tramait autour, se lancent eux aussi dans un duo piano chant improvisé..

 

 

 

- Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes