Week-end champêtre, ambiance so fresh by Ströpharia

Le 12 juillet dernier se tenait le Fresh Touch, première soirée en open-air du collectif Ströpharia, à une trentaine de kilomètres de Rennes.

 

 

Ce qui saute aux yeux en entrant sur le site, c’est la disposition des scènes et stands, vraiment bien foutue : scène principale tournée vers les bois et l’extérieur et pas vers le parking pour une fois. Le dôme du Bateau Louche proche de l’entrée, la scène alternative du côté opposé au dôme, qui arrosait un peu les stands mais à un volume raisonnable quand-même. Enfin, plutôt LE stand au final puisque le préposé au couscous n’a pas montré son nez, laissant ceux qui n’avaient pas prévu le coup avec un grand creux tout au long du week-end.

 

 

Fait marquant : la mixité du public. Tranceux et clubbers se sont mélangés toute la nuit ; le line-up faisait la part belle à l’Acid Goa, à la Full-On, mais aussi à la Techno, ou même à la Hard Techno au petit matin. Pari réussi : le mélange des genres a porté ses fruits. L’ambiance était conviviale et forestière, le public techno rennais apportait une petite touche urbaine à l’ensemble.

 

 

L’idylle éphémère a cependant été un peu délicat à établir : coupures de courant longues et à répétition dues à la pluie, quelques passages du maire qui voulait couper prématurément à ce qui avait été conclu et signé, justement au moment où le problème des coupures avait été résolu, pluie une bonne partie de la nuit et de l’après-midi.

Mais bon, ça fait partie du jeu ; pour un prix d’entrée de 7 euros, ça reste très honnête !

 

 

Pendant les coupures de la scène principale, le Bateau Louche a pris le relais et poussé un peu plus fort. Le dôme a fait à de multiples reprises office de deuxième scène, dans un climat de plage et une chaleur toute humaine. Une fois n’est pas coutume, les films furent relégués au second plan, et on pouvait continuer à danser avec le sourire (et au sec !) quand l’extérieur devenait trop rude.

 

 

Le Flying Teashop a aussi activement participé à l’allégresse estivale, propageant sa bonne humeur, son humour, et des fois sa musique, allant jusqu’à, entre autres pitreries, lancer un karaoké quand la scène principale décédait.

 

 

 

L’éclectisme, un mot usé et galvaudé : cependant, il faut avouer qu’il colle à l’ensemble. Pour un premier évènement en extérieur, on peut dire que les Ströpharia se sont plutôt bien débrouillés malgré les soucis.
On attend la suite ! 

 

 

 

Azul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes