[Report] Le festival Visions


Festival Visions
A vrai dire, on s’est un peu perdu en route. Oh, pas bien loin…juste le temps de s’apercevoir qu’on revenait sur nos pas et qu’on avait certainement dû louper une sortie. De toute manière, y parait qu’il faut se donner de la peine pour « mieux » apprécier les choses. Eh bien, nos efforts ont été récompensés ! Une fois arrivés à l’entrée du site du manoir de Traon Nevez, on est de suite saisi par la beauté du paysage : le cadre est  magnifique, entre terre et mer, entre la baie de Morlaix et la forêt, sublimée par le soleil.

 

 

C’est donc aujourd’hui, vendredi 9 aout que se tient  la première soirée de la toute première édition du Festival Vision, organisé  par les Disques Anonymes, presqu’un an après la naissance de leur label. Comme pour un anniversaire, on peut dire qu’ils ont mis les petits plats dans les grands !!! Y a qu’à lire le programme alléchant : plus de trente artistes,  deux scènes dont une réservée au clubbing, des expos, des ateliers et des performances qui viennent compléter ces 3 jours de festivités.

 

 

A peine les pass accrochés autour du poignet et le temps de repérer les endroits stratégiques…(enfin  à situer où sont les bars, en fait)…, on est de nouveau agréablement surpris : le site a cette particularité d’être à taille humaine. Oubliez l’image du festival avec son immense champ sur lequel on vient poser une scène massive et ses stands de bouffes rapides. Ici, tout semble réfléchi. Chaque dépendance du Manoir est investi par différents collectifs et possède son propre univers : salle d’expo, marché des créateurs, garderie.

 

 

Festival VisionsEn cette fin d’après-midi, on est déjà invité à suivre une performance graphique, entre Frank-Emmanuel Rannou (artiste peintre) peignant en « live » sur une atmosphère musicale crée par un des membres de Pastoral Division.

Beaucoup d’enfants sont présents. Normal, le festival a prévu une ribambelle d’activités pour les occuper comme la création de leur premier CD,  ou une initiation à la musique électronique (utilisation du vocodeur, boite à rythme…). Une chasse aux trésors est même prévue le lendemain : comme quoi tout le monde s’y retrouve : petits et  grands ! En plus, l’accès au festival est gratuit en journée : même les vacanciers du coin peuvent  y faire un saut.

 

 

 

Cette ouverture « au grand public » est un choix assumé et revendiqué : la programmation musicale étant  certes pointue voire presque fermée,  l’équipe organisatrice s’est donné les moyens pour permettre, justement, au plus grand nombre de découvrir tout l’univers gravitant autour de cette musique électro.

 

 

Festival VisionsVient ensuite  les premières notes du groupe Hannah qui ouvre le bal. Toujours compliqué de jouer en premier, surtout que les festivaliers arriveront en nombre un peu plus tard, fin de journée de travail oblige. Malgré tout, l’humour « pince sans rire » du chanteur décrispe les spectateurs et donne le ton de la soirée. Ici, on joue de la bonne musique mais sans prise de tête. Les concerts vont ensuite s’enchaîner jusqu’aux alentours de 4h du matin.

La soirée nous permet ainsi de découvrir un large spectre musical variant entre la pop électronique de Pastoral division, au garage de Baston , à de la SynthGaze à 114Db ( !!!)  de Dead et de la techno sombre et lourde de DOIST!

 

 

 

Des pauses régulières à la cantine pour se restaurer avec des produits locaux, et autres demis (de la coreff à 2€50, ça aussi ça nous change des bières dégeus «  finies à l’eau » des grands festi-veaux)  permettent de tenir la soirée.  

 

Festival VisionsHélas pour nous, nous ne dormirons pas au camping situé au bord de mer, offrant au campeur un sacré panoramique, mais nous quittons les lieux avec un tourbillon de sonorités dans les oreilles. Deux heures de routes nous attendent pour retourner sur Rennes, mais bon, ça valait franchement le coup.

Pour une première, Guillaume Derrien et sa bande ne se sont pas trompés. Leur pari est largement réussi surtout pour un festival qui s’est monté en quelques mois seulement.  Plus qu’un festival de musique, Vision nous offre un regard diffèrent et novateur de la culture « Electro» française. Et comme le dit si bien Guillaume « on est pointu mais on n’est pas snob ».

 

 

A bon entendeur.

 

@politistution pour Soif2Rennes.

Toutes les photos par Franck Belloeil ici.

Bientôt : des interviews de Pastoral Division, DOIST ! et de Guillamue Derrien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes