Danse – Käfig Brasil au Triangle

 Par Léouch, mardi 10 décembre 2013 

 

Onze danseurs cariocas, la rencontre de cinq chorégraphes et un lieu, le Triangle : voilà apparemment la recette d’un spectacle foisonnant d’énergie et d’images. Si on envisageait la danse Hip Hop comme une joute virile de deux troupeaux musclés, Kafig Brasil vient bouleverser cette représentation. Le tableau que peint Mourad Merzouki est une forme revisitée de cette expression urbaine trop souvent stigmatisée.

 

Kafig-Brasil-02©-Michel_-Cavalca

Photo © Michel Cavalca 

 

C’est d’une collaboration aux sensibilités hybrides qu’est né ce spectacle dynamique, il se dévoile en cinq parties respectivement imaginée par les différents chorégraphes. La force de Kafig Brasil tient de cette rencontre des genres qui s’entremêlent dans une précision du geste impeccable. Les danseurs ne se cantonnent pas à des enchaînements de figures, ils sont comme transcendés par le fil du récit.

La première partie de leur performance est ponctuée de gags nous poussant à sourire, tour à tour beat boxeurs, ils bruitent avec humour leurs congénères. Ils miment le quotidien et offrent une poésie aux gestes banals de notre lot commun. Il faut noter l’importance de la scénographie rappelant la rue par l’utilisation de lampes disposées à la manière des lampadaires et d’une sorte de white cube lumineux imitant les vitrines aux lumières blafardes dans le fond de la scène.

 

Kafig-Brasil-08©-Michel_-Cavalca

Photo © Michel Cavalca

  

La deuxième partie nous plonge aux racines de l’homme, questionnant notre capacité à subir un mode de vie de plus en plus urbanisé. Les danseurs sont habillés en hommes d’affaires, aux chemises cravatées et repassées. La danse vient froisser le costume, la sueur envahit le tissu alors que le groupe semble étouffer sous les coutures. Les vêtements trop exigus tombent, laissant apparaître les muscles en surchauffe. Dans leurs chûtes ils embarquent la société et ses normes. On croirait un retour aux origines, sur une musique électro, des spots lumineux prêtent aux figures des traits de masques ancestraux.

 

Kafig-Brasil-07©-Michel_-Cavalca

Photo © Michel Cavalca

  

A l’initiative du triangle ce spectacle était présenté dans le cadre chaleureux des Trans. Un choix judicieux étant donné l’omniprésence de musiques hétéroclites ponctuant la représentation. Kafig Brasil se vit dans le ventre, là où palpite encore la danse de nos ancêtres. La force brute des danseurs remuent nos tripes, au plus profond de nos instincts.
Pour preuve : une fois le dernier geste esquissé s’est élevée du public une énergie compulsive, les applaudissements dansaient furieusement sur les corps essoufflés des interprètes.

  

 

Léouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes