Danse – Chronica au Triangle

 Par Léouch, lundi 13 janvier 2014 

 

Chronica vendredi 13 décembre 2013 au Triangle

 

Chronica, une affaire de temps.

 

Imaginé par la chorégraphe brésilienne Alessandre Piccoli, Chronica est un spectacle du suspend où les mesures spatio-temporelles sont explosées, réinventées voir absentes. Les corps dansants y sont coupés, copiés, décalés dans le blanc diffus d’un ailleurs indéfinissable. La scène se mue en théâtre d’un univers décharné aux résonnances étranges, comme la naissance d’une humanité qui aurait abandonné tout repère.

 

Chronica - photo Richard Volante

 

C’est dans la répétition et la lenteur du geste qu’évoluent les danseurs, les corps deviennent l’écriture d’une partition sensible et laissent transparaître l’animosité terrée en eux. On semble apercevoir le comportement d’un reptile et déjà il s’étiole dans l’attitude humaine. La danse devient le matériau narratif de l’histoire humaine. Les corps se confrontent à la mesure symbolisée par le cadran solaire ou le pendule, instruments source de jeux comme s’ils n’étaient que des limites à transgresser.

 

Chronica - photo Richard Volante

 

Emprisonnés dans la rythmique sonore d’un percussionniste, les trois danseurs se laissent guider par le tempo. La musique devient le seul repère temporel, les secondes sont des pulsations au rythme alternant entre frénésie et flottement. Cette immersion totale des danseurs dans la musicalité est parfois à regretter, les gestes deviennent prévisibles annoncés par les changements de tempo. De plus la présence du percussionniste sur scène n’est exploitée que partiellement, on s’attendrait à une interaction plus recherchée entre ce dernier et les interprètes alors qu’elle n’apparaît réellement qu’à la fin du spectacle. Cette dernière partie est d’ailleurs la plus éloquente quant aux questionnements abordés par Chronica, hésitant entre un Bigbang destructeur et une rencontre fertile, l’action projette notre construction du monde au premier plan. Ce spectacle annonce une belle réflexion sur l’espace temps déconstruit par la danse, avec malheureusement quelques longueurs liées à une volonté d’insister sur une lenteur omniprésente et bavarde.

 

 

Léouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes