Quelles sont nos ruines ?

Les ateliers du Vent présentent du 2 mai au 8 juin 2014 la troisième étape de cette problématique posée à des artistes d’origine éparses, ils sont moldaves, russes et français et ont collaboré lors de résidences sur la question. Les propositions singulières des 25 artistes participants aboutissent à un cheminement entre vidéos, performances, installations, peintures et photographies sur les deux étages de ce lieu atypique. 

 

Quelles sont nos ruines @ Ateliers du Vent

Photo : Vadim Hincu

 

Qu’est ce que la ruine sinon un fragment du passé préservé de l’amnésie? La ruine c’est ce qui reste d’une architecture, d’une idéologie, d’une histoire à travers un vécu ou une pensée commune, les brides d’une temporalité épargnées par la mémoire d’un individu ou un d’un groupe social. De par son attachement à une totalité aujourd’hui détruite, la ruine appelle à un ensemble plus vaste et en donne un point de vue fondamentalement incomplet. Elle constitue une forme créée suite à la dégradation ou la destruction, ce qui nous est encore accessible par la survivance. En cela l’exposition semble témoigner d’une réalité palpable, concrétisée par la création artistique. Les ruines parlent, instaurent un dialogue avec le flâneur et communiquent entre elles. En se côtoyant spatialement elles s’évoquent les unes les autres, laissant de coté les frontières elles se rejoignent dans le besoin unanime de comprendre sur quelles ruines s’est construit le présent.  

 

Quelles sont nos ruines @ Ateliers du Vent

Photo : Vadim Hincu


  

L’ancienne usine où se sont logés les ateliers du vent figure elle même la ruine. Vestige d’une activité économique, le lieu témoigne d’un accaparement du passé en lui dédiant une nouvelle fonction ; celle de lieu d’exposition et de création. La notion de ruine à l’esprit, dès notre arrivée on redécouvre le lieu sous la lumière de cette question, sensation amplifiée par la construction des nouveaux quartiers de la Courrouze. Entre les grues, le béton, le train qui file aux abords, l’usine a des allures de rescapée abritant la mémoire de territoires proches ou éloignés. Son extérieur arbore des pylônes en carton prétendant soutenir l’édifice, on les retrouve ensuite à l’intérieur de l’exposition. Sous la structure de ferraille, on déambule entre les fondations et les installations, ces dernières souhaitant parfois être méconnaissables de l’architecture d’origine. S’ouvre à nous la possibilité de se perdre au carrefour de la Moldavie, de la Russie et de la France. La sensation paradoxale d’un vide immense surpeuplé de créations s’installe tout au long de notre passage, on s’oblige à scruter les moindres interstices pour suivre la piste des travaux. Nous ne sommes pas ici en simples visiteurs, il nous faut explorer les fissures du sol, enjamber des semblant de murs, créer notre parcours pour en dégager toute la puissance mémorielle. 

  

Quelles sont nos ruines @ Ateliers du Vent

Photo : Vadim Hincu

 

D’un va et vient entre images, paroles et écritures, Quelles sont nos ruines ? pointe l’amplitude de cette vaste question à différents degrés. Des cultures régionales menaçant de se noyer dans le flot de la mondialisation à des nations écrasées de crises politiques, la ruine sous-tend le besoin de repenser les bases pour reconstruire. Faisant référence à l’actualité politique et notamment aux relations tendues entre l’Europe et la Russie, l’exposition évoque la nécessité d’un témoignage où la création artistique se révèle être un outil inéluctable.

 

Quelles sont nos ruines @ Ateliers du Vent

Photo : Vadim Hincu

 

 

 

Léouch 

 

 

Exposition Quelles sont nos ruines? : du 21 mai au 8 juin, entrée libre du mercredi au dimanche, de 15h à 20h.

Plus d’infos : quellessontnosruines.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes