Open Fader Birthday Party

Pensez-vous qu’il soit nécessaire de se gaver de MDMA pour apprécier du son  ?

C’est une des questions qu’on pourrait se poser à force de fréquenter l’Ubu, devenu un des repères de petits bobos âgés d’à peine 17 ans en manque de sensations fortes. Malheureusement, l’omniprésence de la drogue aura rendu l’ambiance des 10 ans de l’Open Fader assez glauque (imaginez une soirée où l’on vous demande à 7 reprises si vous n’avez pas un «  truc  » à vendre).

 

Avec une prog pareille, on nous avait pourtant mis l’eau à la bouche : l’asso proposait un florilège de ce qui se fait de bien en ce moment sur la scène clubbing, voguant de la Deep à la Techno en passant par de la House de qualité: La Denrée, Darijade, Modul Club, et le très attendu Ben Pearce venu de Manchester…on s’était préparés à bouger ses petites jambes jusqu’à l’aube !

 

 

Après s’être équipé de son bracelet, on pénètre la salle où il est encore possible d’engager un pas de danse sur la piste. Si vous n’avez jamais mis les pieds à l’UBU, ne vous laissez pas surprendre par la configuration de l’endroit ; la salle formant un L, il est fort regrettable de ne pas pouvoir garder un œil sur le DJ au moment d’aller commander sa bière.

 

 

La Denrée fait émaner de ses platines vinyles un son hypnotique. Son set très progressif et à dominante House vient doucement nous chatouiller les tympans. Et même si les basses sont lourdes, les sons qu’il nous fait partager nous emportent loin. Tout est réuni pour nous faire passer un moment à la limite du psychédélisme. 

 

Retour à la réalité : La Denrée range ses vinyles pour laisser place à Darijade, DJ résident de l’Open Fader. Dans la continuité de La Denrée, il vient nous faire danser sur un DJ set très House, lui aussi. A ce moment, la salle se remplit d’un coup et il commence sérieusement à faire chaud. Si on avait commencé à apprécier le son, on tombe très vite des nues  : la foule est devenue compacte et il est difficile de danser sans se ramasser un coup de coude, se faire ballotter de gauche à droite ou se faire renverser l’équivalent de 5 verres de bières pendant la soirée, ce qui en aurait découragé plus d’un  !

 

Visiblement, la salle a accueilli plus de monde que possible et la plupart sont venus non pas pour l’amour du son mais surtout pour saisir l’occasion de se ‘prendre une perche’. La tentation de prendre ses jambes à son cou est forte !

 

 

Sur les coups de 2 heures, c’est au tour de Ben Pearce, co-fondateur du label Purple&Soul, de nous faire remuer. Son live est un parfait cocktail entre Deep House et Techno anglaise, collant parfaitement à l’ambiance clubbing de la soirée. Toutefois, les sons sont assez répétitifs, notamment après la première heure de live, rendent l’ensemble plutôt longuet et fade par moments. 

 

 

Quant à Modul Club, on nous avait promis un live explosif, pari tenu  ! On ne nous avait toutefois pas prévenu qu’il jouerait sur une batterie assistée par ordinateur (belle surprise !).

 

Sa performance très électronique vient clôturer la soirée en beauté…et nous réveiller  ! Modul Club se donne à fond sur sa batterie, rendant le tout plutôt atypique mais assez exceptionnel à voir. Son live est hyper dynamique et son énergie est communicative, il aime ce qu’il fait, et ça se voit  ! Un vrai moment de partage. Très pêchu, son live est autant une prouesse artistique que sportive, un joli cadeau pour cette soirée d’anniversaire ! Si on fait abstraction des coups reçus, on peut quand même se laisser aller à danser.

 

On regrettera seulement la coupure brutale sur les coups de 5h30 qui nous laisse un goût amer de fin bâclée. Dommage pour une soirée anniversaire !

 

 

Melyssa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes