[Interview] Piranha

Rappelez-vous, nous vous avions proposé une interview de Guillaume Co-Fondateur du label « Les Disques Anonymes » à l’occasion de la 1ere Edition du festival Visions, qui s’est tenu près de Morlaix au mois d’Aout. Eh bien, devinez quoi ? les LDA nous propose une nouvelle soirée comme ils savent si bien le faire, le 27 novembre au Bar Hic.

 

Comme dirait l’autre, « pour la modique somme de 5€ », nous  pourrons découvrir deux excellents groupes, des plus prometteurs. Tout d’abord, le groupe rennais Piranha aura l’honneur d’ouvrir les hostilités. Nous pourrons ainsi les (re)découvrir car ces derniers ont  su évoluer vers un côté « post rock », avec  un son plus brut sur scène. En deuxième partie de soirée,  le groupe Parisien Coming Soon viendra défendre sur scène leur nouvelle petite bombe « Disappear Here », après une période intense de transformation et de composition de plus de deux ans. Du coup, et pour cette occasion, nous avons  voulu faire un peu plus connaissance avec le groupe Rennais, Piranha.

 

Interview

Piranha

Photo : David Rivoal

 

Soif2Rennes : Bonjour Piranha, pouvez-vous rapidement vous présenter ? 

Piranha : Salut, on s’appelle Piranha. 

 

 

Je suppose que l’on vous pose souvent la question sur le nom de votre groupe. Cela vous amuse-t-il de toujours répondre à cette question ? 

Ça dépend, quand on a une réponse débile en tête ouais. Mais si on nous le demande à chaque fois c’est déjà un bon point. 

 

 

Vous êtes un « jeune groupe » ( à peine deux ans d’existence) et pourtant, vous avez déjà joué sur de jolies et nombreuses scènes, vous avez déjà enregistré un EP et vous avez trouvé un label. Quelle est votre méthode ? 

Je sais pas si on peut parler de méthode, mais on est pas mal branché par le Do It Yourself en général, et on prend le temps de composer à notre rythme à la maison. Après on a aussi fait de chouettes rencontres assez tôt je pense à Benjamin d’IC Tour, Emilie d’Epopée, et bien sûr Guillaume et Charlotte des Disques Anonymes. Sans cet entourage on aurait eu beaucoup moins de visibilité. Actuellement on essaye plutôt de bien se concentrer sur les live. 

 

 

A ce propos, comment avez-vous collaboré avec les Disques Anonymes, vous êtes d’ailleurs un des tout premier groupe à être entré dans leur catalogue ? 

On a pris contact par mail, puis très vite Guillaume nous a programmé à une soirée qu’il organisait au Vauban. On a appris progressivement à se connaître, on est très reconnaissant du soutient qu’ils nous apportent et admiratifs des projets qu’ils entreprennent. Récemment leur festival Visions était une vraie réussite. Ils bénéficient d’une notoriété grandissante, c’est mérité ! 

 

 

Votre formation a évolué vers un son plus brut. Comment cela s’est-il décidé, pouvez-vous nous expliquer ce cheminement musical ? 

A la base Piranha était vraiment un projet pop, la production de Wolgang Amadeus Phoenix a été une influence très forte, on est dingue de ce disque. Mes goûts personnels ont évolué vers peut-être du moins consensuel, écouté beaucoup de postpunk, shoegaze l’année dernière. Joris et Maël (batterie et basse) viennent du postrock, posthardcore. Les choses ont donc naturellement évoluées. Et puis c’est aussi lié à des contraintes, on est quatre et on veut que toutes les parties soient jouées en live, ce point a aussi influencé la manière de voir les arrangements. 

 

 

Vous allez prochainement sortir un nouvel EP. Pourquoi avoir choisi de nouveau ce support ? Vous ne souhaitiez pas vous attaquer à un album (trop de contraintes financières, d’organisation…peut être) ?

Il y a de ça. On n’a pas encore la matière nécessaire, pas envie d’avoir 5 titres et 3 titres de “remplissage”. Le format de l’EP nous plaît, à l’heure de la profusion absolue musicale il semble correspondre au temps d’écoute des gens, et puis c’est une face de 33 tours. On préfère sortir un EP régulièrement que mettre 2 ans à enregistrer un album dont on se lasserait 6 mois après sa sortie. 

 

 

Comment se passe justement la création des morceaux ? Est-ce que tout se passe au sein du groupe et durant les répétitions, ou un membre  arrive avec un morceau « presque fait » ? 

Souvent auparavant j’avais le morceau “préproduit” en amont. De plus en plus de modifications, arrangements ont lieu directement pendant les répèts désormais, Paul le claviériste est un peu l’homme à tout faire dans ces situations et à la rythmique ils ne sont pas en reste non plus. 

 

 

De manière plus technique, comment travaillez-vous votre son ?  Expérimentez-vous des choses ? Prenez-vous référence sur d’autres groupes (même pédale d’effet, même matériel etc…) 

On est pas mal des gros geek oui, on se monte des pédales, on s’en échange… Notre lieu de répet c’est chez Joris et moi, c’est aussi de vocation à devenir un studio, de plus en plus de groupes passent et du coup on teste beaucoup de matos en général. L’enregistrement nous amène à affiner nos recherches sonores. Par contre on a arrêté de lire Guitarpart et Batteur Magazine depuis quelques années, le net est une mine d’or beaucoup plus poussée. 

 

Piranha 

 

Après l’expérience de votre premier EP, avez-vous des choses que vous ne voudriez pas reproduire sur le prochain ? 

Bien sûr plein, heureusement. Dans le son, dans les compositions, l’interprétation, enfin plein de trucs. Après il faut bien un premier jet … 

 

 

Pour ce second EP, continuez-vous à tout faire en  « home studio » ou prévoyez-vous un passage dans un studio ? 

On a tout fait à la maison, pris notre temps, chose qu’on aurait jamais pu se permettre vu notre budget. Et puis on adore ça, on a enregistré pas mal de projets de potes ici, investi du temps, de l’argent depuis 1ans, du coup ça nous titillait vraiment de le faire pour nous. Il y a plus de partis pris à la prise comme au mixage on espère que ce sera bien plus personnel que le premier EP. 

 

 

Que souhaiteriez-vous que l’on vous dise une fois que l’on pourra écouter votre second EP par rapport au premier ?

Qu’on nous parle des compositions plutôt que de l’emballage, même si on sera très flatté d’être complimenté sur le dosage de la compression parallèle du bus batterie ^^ 

 

 

Bientôt les Transmusicales, vous êtes du genre à aller aux HALLEs , à rester découvrir des groupes dans les bars ou fuir la ville de Rennes pendant cette période… ? 

Le parc exposition ça dépend. Par contre toujours partant pour découvrir les groupes à l’Etage ou à Bars en Trans. 

 

 

A propos des Trans, c’est un objectif pour vous d’y jouer en tant que Rennais ou pas du tout ? 

Objectif en soi  non, après oui quand on est un groupe Rennais c’est une reconnaissance certaine de pouvoir jouer aux Trans. On se prend pas trop la tête avec ça, advienne que pourra.  

 

 

Pour ceux qui vous ne connaissent pas, que pouvez-vous leur dire pour donner envie de venir vous voir au Bar Hic ? 

Que le set de Piranha est actuellement comme la baie du Mont St Michel : mouvant. Venez donc voir les nouvelles compos. 

 

 

Connaissez-vous Coming Soon avec qui vous allez jouer ce soir ? 

De nom et de réputation mais sans plus. Ça va être chouette de les rencontrer. 

 

 

Que peut-on vous souhaitez pour ces prochains mois ? 

De finir les mix, de trouver pleins de dates avec les copains Corbeaux pour partir ensemble sur la route. 

 

 

Un coup de coeur musical actuel ? 

Le dernier album et le tout récent EP de Cult of Luna. 

 

 

Mais sinon, sérieusement vous aimez quand même le poisson ? 

Grave, on vient des 4 coins de la Bretagne, la poiscaille c’est un putain de sujet qui met tout le monde d’accord.

 

 

Merci au groupe Piranha pour leur disponibilité, et d’avoir pris le temps pour nous répondre.

 

 

Pour aller plus loin :


Mercredi 27 Novembre // BAR HIC //  P.A.F : 5 € / 20h30

http://lesdisquesanonymes.bandcamp.com/

Coming Soon (Paris / Rock indie) :http://www.myspace.com/starsoon

Piranha ( Rennes / Pop post rock ) :  http://piranhamusic.fr/

 

 

 

Politistution pour Soif2Rennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes