[Interview] DOIST! le cri de la techno rennaise

A peine arrivés sur le site du Festival Vision, le temps de poser leur sac et de boire un verre et DOIST!, incarné par Théo et Thibault sont directement venus à notre rencontre pour discuter un moment avec nous dans l’espace presse. Rencontre avec ce duo émergeant de la scène techno rennaise.

 

 

 

 Soif2Rennes : d’où vient ce nom, DOIST! ??

 

DOIST! : Prononcer DOIST! On insiste bien sur le point d’exclamation parce que ce nom, c’est comme un cri. A la base, c’est une onomatopée qu’on faisait ensemble pour rire. En plus, on voulait un nom de groupe qui ait un accent germanique, très impérial, propre net et sans bavure. Un truc que l’on retienne bien, sans pour autant prendre un vrai mot allemand afin d’éviter toute connotation.

 

 

Soif2Rennes : Comment est né le groupe ??

 

DOIST! : On s’est rencontrés en 2009, on faisait les mêmes études à Rennes. On s’est mis à bosser ensemble, et pendant un an, on a été dans un vrai processus de composition, de création, d’apprentissage de la musique électronique à travers les logiciels type MAO (ndlr : Musique Assistée par Ordinateur), et VST (ndlr : Virtual Studio Technology). A cette époque on surfait un peu sur la nouvelle vague de l’électro française,  un peu comme dans le style des groupes super connus tels que JUSTICE, TOXIC AVENGER, TEENAGE BAD GIRL DANGER  .

 

DOIST!

 

Soif2Rennes : Actuellement quelles sont vos principales influences  ??

 

DOIST! : De fil en aiguille, on a découvert la musique d’Arnaud REBOTINI car il avait produit un disque d’un groupe local RAFAL. On a été extrêmement touchés par ce côté froid, ce côté sombre créé à partir de machines qui ont un son plus brut, qui ont une « histoire », à la différence d’un simple logiciel. En plus, la machine, on l’a en face de nous, on peut la triturer, jouer avec… Du coup, par cette influence,  on est arrivés à ce que l’on fait aujourd’hui, c’est-à-dire à une techno plus mentale, plus réfléchie, tout en ne tombant pas dans le piège de la monotonie.

 

 

 

Soif2Rennes : l’histoire de l’EP « Black Church »??

 

DOIST! : L’EP est sorti cette année, en avril 2013. Pour nous, c’est la concrétisation, la finalisation de tout notre travail. Faire un CD, qui plus est par soi-même, permet de poser nos morceaux sur un vrai support. Ce ne sont plus de simples morceaux balancés sur internet.

 

 

 

Soif2Rennes : Vous avez tout fait tout seuls ??

 

DOIST! : Tous les morceaux ont été enregistrés dans le home studio de RED SUNRISE producteur et compositeur de techno. Il est assez réputé, il a même joué aux Trans l’année dernière.

Ce mec, on l’a rencontré dans une soirée où COMMUTER jouait à la salle de la Citrouille à Saint Brieuc. On a bien discuté avec lui, le courant est bien passé, et du coup on a eu envie de bosser avec lui. Il a donc travaillé tout le mixage et le mastering de l’EP : on est très contents du résultat.

 

DOIST!

 

Soif2Rennes : Comment s’est fait la collaboration avec Les Disques Anonymes  ??

 

DOIST! : En fait, avant la sortie de l’EP, nous étions à recherche d’un label, et d’un distributeur. On a envoyé les morceaux aux Disques Anonymes. Ils nous ont répondu assez rapidement qu’ils étaient intéressés pour nous programmer en live, mais les morceaux ne s’inscrivaient pas dans leur démarche de label, plutôt « electronique, pop synthétique ». Nous avons ce côté techno  très martial, qui n’aurait peut-être pas trouvé son public avec Les Disques Anonymes . En tout cas, ils nous ont bien aidés et nous font jouer dans des évènements bien réfléchis, comme ici ce soir, on joue tard dans la soirée, notre musique s’y prête bien.

 

 

 

Soif2Rennes : justement, vous vous produisez souvent en live ?

 

DOIST! : C’est vers 2011 que l’on a commencé à faire quelques petites dates, même si au début c’était assez galère. On a eu la chance de faire les tremplins des Vieilles Charrues à Saint Brieuc. On a pu faire également une résidence à l’UBU en mai dernier.  Apres la date de ce soir, on va avoir 2-3 grosses dates à venir, dont une avec BLACK STROBE mais on n’en dit pas plus.

 

 

 

Soif2Rennes : Le futur pour le groupe ?

 

DOIST! : Nous sommes en pleine préparation du prochain EP. On garde ce format c
ar sortir un album actuellement c’est compliqué. L’avantage de l’EP est que l’on peut se concentrer sur 3-4 morceaux, faire participer des gens à coté pour faire des remixs de nos morceaux, et ça permet de démarcher plus facilement un label.

 

 

Interview réalisée par @politistution pour Soif2rennes.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes