Report : l’inauguration du 39

Par  Capitaine TorTue le 18 Mars 2013

Hangar39

Une Rave party en pleine ville, quel panard ! Prendre l’apéro dans son bar préféré, puis marcher jusqu’à la teuf sans s’encombrer d’un capitaine de soirée qui tire la gueule, et surtout pouvoir repartir à tout moment, sans flipper pour sa vie ou son permis de conduire : c’est un luxe dont Rennes peut se venter depuis de nombreuses années déjà. Entre la Prévalaye et l’Élaboratoire, qui n’est jamais allé en teuf à pied, hein ?

Ce soir, c’est un tout nouveau lieu qu’on inaugure. Ça s’appelle le 39, sûrement en référence au 48 qui se trouve à quelques encablures.

 

Il est 22h, et les fêtards arrivent déjà en masse. Ils sont curieux et impatients, ça se comprend ! On découvre les lieux. Une friche industrielle comprenant un terrain vague sur lequel sont garés de gros poids-lourds, et un hangar qui paraît immense. Pour le coup, seule une partie du bâtiment a été investie pour la soirée, histoire de rester en phase avec le nombre de participants (le hangar aurait une capacité totale de 5 000 personnes !). 

 

Découverte du lieu : les derniers préparatifs

Découverte du lieu : les derniers préparatifs

 

Musicalement, c’est plutôt éclectique : ça commence par un duo beatbox – accordéon, ensuite c’est un concert de punk hardcore qui nous faire vivre ou revivre l’ambiance des squats des année 90′. Les premières basses se font finalement entendre à partir de 4h du mat’ avec de l’électro-swing qui met de bonne humeur, suivi d’un live déjanté de Chico Electrik, pour finir sur de la Tek/Tribe jusque tard le matin. Les interludes sont ponctués de diverses animations : magiciens et jongleurs de feu se relaient sous les applaudissement d’un public émerveillé.

 

 

Le magicien se produit depuis sa tribune

Le magicien se produit depuis sa tribune

Des spectacles de feu tout au long de la nuit

Des spectacles de feu tout au long de la nuit

 

 

Petite visite intérieure : le dance-floor est une salle haute de plafond avec une plateforme à l’étage permettant aux artistes de se produire en surplomb. Le chill-out quant à lui offre de confortables banquettes pour se reposer les guiboles. Un bar et un camion de restauration sont là pour parer à toute nécessité, et il y a même des toilettes sèches !

 

Des visus au dessus de nos têtes

Les visus donnent de la profondeur à la salle

 

On saluera un efficace jeu de visus, projeté au-dessus de nos têtes, ainsi que l’éclairage global du hangar qui lui donne une certaine dimension mystique, tout en nous laissant la possibilité de discerner les visages de nos interlocuteurs. Seuls points négatifs : une attente interminable lors des changements de scène entre deux concerts, et des basses décidément pas assez puissante (mais bon, quand on est au centre ville, il faut savoir faire des concessions !)

 

 

Retour à la civilisation dimanche matin : on franchit les quelques 100 mètres qui séparent le hangar du reste du monde. Petit regard en arrière. Difficile de s’imaginer que derrière ce vieux portail s’est tenue une rave aussi mémorable, et cela sans faire sourciller le moindre voisin. Souhaitons longue vie au 39 !

 

 

Capitaine TorTue

 

 

 

Vous étiez à la soirée ? Vos impressions m’intéressent ! Exprimez-vous dans les commentaires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes