Report : Carnaval à l’Élabo

Par  Jeanne D. le 12 Février 2013

Carnaval élabo

Et toi tu faisais quoi Mardi soir ?

 

Le bus n’est pas plein, tout le monde ne va pas au même endroit visiblement. Des petites mines tristes, des gens qui rentrent chez eux… Mais nous on est là, trépignant d’impatience que le chauffeur finisse sa pause clope. Des amis finissent de se maquiller, les paillettes brillent, les bières se renversent déjà et le bus démarre.

 

Puis, dans un bourdonnement lointain, tu quittes le goudron pour faire trempette dans la boue. Tu quittes un monde pour en trouver un autre. J’entends encore une fille se plaindre de ses chaussures sales avant même de pouvoir apercevoir le chapiteau. C’est le carnaval ! T’as oublié ton âme d’enfant ou quoi ?!
Les lumières clignotent, les couleurs sortent de nulle part, les sourires se décalent, grimaces ou rires, ils sont là. Tu jettes tes pièces dans la boite magique et c’est parti !

 

Et là … surprise… après une bonne demie heure, le son ne décolle pas… Un bon coup de pied dans les neurones (qui ne se reconnectent pas tout de suite) ha mais ouais ! On est mardi mes petits bouchons! Certes on est à l’élabo et on se croirait dans un remake burlesque des années 30 ou un Freaks du 21ème siècle. Mais on est mardi. Vous vouliez une soirée electro, trance, minimale… Et ben non !

 

On s’assoit. Des jongleurs de feu commencent à danser, les camions apparaissent et disparaissent au gré des lumières. Mon regard s’attache progressivement aux détails qui m’entourent, une licorne passe devant moi, puis un papillon (70 piges le papillon quand même !), Charlie Chaplin, une indienne, un super héro, et là… TADA !!! Le plus beau ! LE déguisement de la soirée ! Une table … Mes yeux d’enfants brillent. Je m’approche. Doucement. Ne pas le faire fuir (difficile avec mon sourire figé). Après quelques éclats de rire et gorgées de bière partagées je recommence à déambuler au milieu des chiens, des artistes, des déguisements et autres individus un peu sortis de nulle part. Le melting-pot des gens rassemblés ici me surprendra toujours.

 

Le dernier groupe monte sur scène. Accordéon, contrebasse, violon… Les gens dansent sans se soucier réellement du son qui pénètre dans leurs oreilles. La terre tremble légèrement. Quelques âmes égarées trébuchent ça et là.

 

L’obscurité omniprésente empêche de reconnaître qui que ce soit à 2 mètres. Je ferme les yeux et m’oublie peu à peu. Finalement le rythme est entrainant et on est venu pour s’amuser. Cette nuit on rentrera avant le levé du soleil, ce n’est pas grave… L’electro et la trance c’est ce weekend non ?

 

 

Par  Jeanne D. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes