Report : Astro SPRING

Par Capitaine Tortue, jeudi 16 mai 2013

 

 

Madame la comtesse, vous reprendrez bien un peu de… BOOM BOOM !

 

C’est un peu le doyen des festivals français de musique électronique. Créé par les pionniers de la rave il y a maintenant 19 ans, Astropolis bénéficie d’une telle notoriété qu’il peut se vanter de jouer à guichet fermé…sans même avoir dévoilé la programmation ! A 30 euros la place, cela témoigne soit d’une confiance absolue dans les choix musicaux du festival, soit d’une sorte de fascination pour le manoir de Keriolet, où se déroule la fête.

 

La scène alternative pendant le montage

La scène alternative pendant le montage

 

Il faut dire que les deux arguments se valent : d’un côté Astropolis a toujours su nous séduire avec une programmation très pointue, tout style électro confondu. De l’autre, s’approprier un lieu hors du commun et hors du temps pour en faire un dancefloor de rave, c’est un peu la marque de fabrique de la maison, d’autant plus que le manoir de Keriolet à cela de mystique qu’il est le berceau du festival dans ses premières années.

C’est donc avec un gros point d’interrogation dans la tête, mais sereinement que nous roulons vers Concarnau.

 

 

Arrivée sur le parking : c’est hyper convivial. Nous sommes tous liés par notre passion de la musique électronique, même si on se rend compte de certaines divergences en se promenant parmi les véhicules : ici ça écoute de la Techno-tuning, là c’est plutôt Trance, au fond c’est un son Hardtek qu’on entend, mais la vedette revient à l’équipe du collectif Social Afterwork de Rennes qui nous propose un petit before House au soleil. C’est bien la première fois que je vois un son House posé en mode sauvage devant un camion ! Mais il faut dire que c’est parfait pour prendre l’apéro avec les derniers rayons de soleil, et s’enquérir par la même occasion du line-up, qui circule par le bouche à oreille : 

[Sonic Crew - Kenny Larkin - Mad Ben - Ben Klock - Michael Mayer]

 

Astropolis Spring

Un petit before par Social Afterwork sur le parking (F.E.M + Djoh Dellinger aux platines)

 

23h sonnent, ou du moins auraient sonnées si le château était pourvu d’un clocher, mais en tout cas c’est l’heure d’aller groover. « Nestor, veuillez bien faire la visite à ces messieurs dames ». L’enceinte féodale se compose de 3 floors : la scène principale, qui se trouve dans la cour arrière du château, dont l’entrée est constituée d’une arche où sont perchées des gargouilles, la salle des gardes, à l’intérieur du château, qui est un espace de convivialité où l’on peut venir se réchauffer devant l’immense cheminée, et enfin le chill-out : un grand espace moltoné devant le château où flotte une musique diffuse et tranquille distillée par un DJ qui n’est vraiment pas pressé.

 

Astropolis Spring

Le MainStage avant le lâcher des fauves

 

La déco du site, quant à elle, se compose de nombreux lampions accrochés dans les arbres, de moquettes aux couleurs vives, et d’efficaces jeux de lumières sur les reliefs du château. Dans le fond, nos amis du Flying Tea Shop viennent compléter la panoplie de l’apaisement en proposant chaï, thé à la menthe et crêpes bio. Bonne humeur assurée. 

 

Astropolis Spring

Le Flying Tea Shop nous aide à garder la patate

 

Vous visualisez un peu le décor ? Bien, passons maintenant à mes impressions sur la soirée. Malgré la superficie du lieu, le dancefloor est vite surpeuplé, ça bouscule beaucoup, et c’est difficile de circuler entre les deux cours du château. Je trouve l’organisation un peu gonflée de nous dire qu’ils ne veulent pas « compresser les foules », parce qu’il semblerait que ce soit pourtant une habitude récurrente, si on en croit les remarques sur Facebook par rapport aux éditions précédentes, ou si je me réfère à mon expérience de cet été au manoir de Keroual. La foule est donc bien compacte, et c’est bien dommage car on a même du mal à danser. Le « dancefloor » (littéralement piste de dance) perd sa fonctionnalité première, et on se croirait plus dans la fausse d’un concert de Muse où si t’as le malheur de lever une main en l’air, t’as du mal à trouver l’espace pour rejoindre ta poche ensuite.

 

Astropolis Spring

 

Au niveau de la programmation, ça m’a semblé un peu monocorde tout au long de la soirée. Certes, il y a une forme d’évolution entre house, tech-house et techno, mais ce sont des styles qui sont quand même assez proches. Pourtant Astro c’est un festival qui a pour habitude de présenter un panel d’électro très large, qui va de l’Ambiant au gros Hardcore. Alors du coup je trouve ça un peu délicat de garder le line-up secret jusqu’au bout, mais en étant aussi sélectif sur les styles. D’une, ça ne correspond qu’a une tranche spécifique du public auquel s’adresse Astro d’habitude, de deux : à rester trop longtemps sur le même tempo, on fini par s’ennuyer. Enfin sauf si on est adepte des bonbons magiques !

Car il faut dire aussi que la deuxième scène n’offre pas vraiment d’alternative, étant configurée spécialement pour ne pas être dansante (pas d’enceintes devant le DJs, mais des haut-parleurs répartis sur toute la surface pour diffuser un son d’ambiance à volume modéré).

 

Astropolis Spring

Du son d’ambiance sur la scène alternative

  

En conclusion : Attention à ne pas trop prendre la grosse tête : pour moi, un line-up surprise si peu éclectique pour une soirée à 30 euros, c’est un peu prétentieux. Attention aussi à ne pas trop tirer sur la corde en fréquentation : il y avait des moments où la cour était tellement pleine qu’on avait envie de grimper aux arbres pour se sentir à plus à l’aise !

 

Astropolis SPRING reste cependant une soirée à la hauteur de sa réputation : un son propre, une organisation carrée, des artistes de qualité dans un décor exceptionnel, un public amical et attentif. On en gardera un bon souvenir. 

 

Rendez-vous début juillet dans le parc du manoir de Keroual pour Astropolis d’été !

 

 >> Voir l’album photos

 

Capitaine Tortue

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<< Retour à la page précèdente

<< Retour à l'accueil : Toutes les sorties à Rennes