slide_0slide_1slide_2slide_3slide_4slide_5slide_6

Vos sorties à Rennes


Soif2Rennes: Agenda connecté, plateforme de partage et de diffusion d'informations autour des sorties culturelles.
Contribuez à enrichir le programme, envoyez-nous vos évènements.


Rejoignez la page Facebook pour vous tenir au courant en temps réel !


Reunisound 3 – C’est quoi une rave ?

La Réunisound se tenait ce week-end du samedi 25 au lundi 27 juillet près de Rougé (44) sous le statut de “rave légale”. Un mois auparavant, une soirée similaire avait été organisée par l’association T.lesco.P à Botmeur (29).
Se pourrait-il alors que nous assistions à la genèse d’une nouvelle époque, celle des raves tolérées, mieux organisées, mieux sécurisées et dans un meilleur respect de leur entourage ? (Les voisins pouvant être prévenus à l’avance plutôt que de se retrouver devant le fait accompli)

 

Réuniound 3.0

 

Mais au fait, c’est quoi une rave, aujourd’hui ?

 

Loin du cliché du rassemblement du “teufeur kaki” pataugeant dans la boue au rythme d’une musique agressive et ultra-rapide, incompréhensible par le commun des mortels, la rave d’aujourd’hui est plutôt une sorte de communion de la fête libre qui ne se limite plus à un public de niche mais s’étend à toute personne curieuse et sensible à des valeurs comme le partage, la convivialité et la liberté.

 

 Dôme - Réuniound 3.0

 

Il faut être curieux, car la rave n’a pas de “moule”. Elle se déroule chaque fois dans un lieu différent et, toujours, avec le souci d’entretenir l’émerveillement, les décors changent et deviennent toujours plus grandioses. Cette fois-ci, des cabanes ont été spécialement construites pour s’implanter derrière le mur de son de la scène principale et lui donner son aspect majestueux ; un souvenir qui restera gravé dans la tête de milliers de rêveurs.

Il faut être curieux, car la rave est pleine de surprises : A-t-on déjà eu l’occasion de visionner un classique de cinéma sous un dôme à l’orée d’une forêt ? S’attendait-on à assister à un concert de chanson française, de rap, ou de trance acoustique (par le célèbre groupe Goayandi, en tête d’affiche du Rêve de l’Aborigène le lendemain) ?

 

Concert de Goayandi à la Réunisound

 

Il faut aussi être prêt à partager, car ici on cherche à s’évader de cette société où l’argent est le maître-mot. Chacun vient contribuer généreusement à l’événement armé de son art ou de ses compétences. Certains sont musiciens, DJs, compositeurs, d’autres construisent des décors, jonglent, ou mettent simplement leur temps à contribution en tant que bénévole au service des nombreuses tâches qui garantissent la bonne tenue de la fête. D’autres encore, en modestes spectateurs, offrent une cigarette, un sourire, une histoire drôle…

 

 Réunisound déguisé

 

La rave a donc cela de différent du festival qu’il ne s’agit pas d’une prestation mais d’un partage, et c’est peut-être cela qui la rend plus humaine. Cette dernière caractéristique est un point essentiel à son identité, et l’on voit bien l’effort investi dans la mise en place d’espaces conviviaux censés favoriser les rapports humains : à la Réunisound, plusieurs bars et espaces de détente  (ou « chill out ») étaient installés (sous chapiteau, dôme et même dans les arbres !), et des activités étaient proposées tels qu’un atelier de sténopé ou un espace de jeux (fléchettes, enfonçage de clou, passe-trappe). Le comble de la convivialité fut probablement la traditionnelle distribution du cochon grillé dimanche après-midi ; petit clin d’œil au banquet du village gaulois d’Astérix, prouvant bien – malgré les milliers de participants – que l’événement tient à sa dimension presque familiale.

 

 Chill Out - Réunisound

 

Enfin, la rave répond à ce désir de liberté qui existe difficilement ailleurs de par le caractère payant et donc cloisonné des événements, ou par les normes de sécurité très exigeantes qui régissent l’accueil de public habituellement. Ici on est libre de se promener à vélo, à dos d’âne ou de dragon, mais aussi d’aller chercher un pull à la voiture quand on a froid (c’est tout bête, mais ce n’est pas le cas partout !) ou de faire goûter sa dernière recette de mojito aux copains sur la piste de danse.

À cette liberté, la responsabilisation prévaut car l’auto-gestion est de mise : on ne se gare pas non plus n’importe comment ni n’importe où, et on est prié de se respecter soi, de respecter les autres ainsi que l’environnement, car chacun est acteur dans la réussite de l’événement (on en revient à la différence entre partage et prestation).

 

 Spectacle - Réunisound

 

La Réunisound 3.0 aura été un exemple réjouissant de ce nouveau modèle de rave-parties construites en collaboration avec l’État : une programmation éclectique faite pour plaire à un large public, avec des concerts, des DJ sets festifs (minimal, electroswing, drum’n’bass…), d’autres plus psychédéliques (psytrance, acid techno, tribe…), avec son lot de surprises (spectacles, mises en scène, décorations) et même un certain confort ! (toilettes sèches toujours propres, nombreux espaces « chill out », annonce du lieu à l’avance, démarrage de l’événement à une heure raisonnable…)

 

La fête aura également permis de mettre en valeur l’unité, la créativité et le talent des nombreux sound-systems et autres acteurs du milieu underground qui ont pris part à ces trois jours de rêve éphémère et qui auront émerveillé un public venu de toute la France et même d’ailleurs.

 

 

Capitaine Tortue

Photos : Ephem’R

 

Arbre à pensée - Réunisound

 

 

 

 

 

 

 

Interview – Sylvain du 1988 Live club

Interview de Sylvain du 1988 Live Club par Guillaume Debray

 

 

 

Le 1988 Live club est fondé en 2013 dans une volonté d’ouvrir le projet, initialement basé sur des représentations Jazz, à tous les styles de musiques actuelles (hiphop, techno, rock ou encore tango). Ce projet répond également à un besoin réel pour les associations de trouver une alternative aux salles de concert déjà présentes(Ubu/Antipode), plus abordable financièrement et donc plus accessible aux associations émergentes.

  (Lire la suite…)

Video-report : Tous pour un lieu @ Jardin Moderne

« Tous pour un lieu » – soirée manifestive organisée par des associations rennaises en manque d’un espace de diffusion. L’évènement avait pour but de montrer la diversité, l’unité et le potentiel de la scène locale tout en prouvant qu’il est possible de pratiquer des tarifs d’entrée plus accessibles.

 

 

Vidéo : Emmanuel Dardy